Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Ven 14 Avr - 20:46

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Cela fait trois mois aujourd’hui, trois mois sans lui. Trois mois de brouillard, de larmes cachées et de trous dans le cœur. Trois mois sans respirer. Personne ne comprend vraiment ce qu’elle a pu ressentir et ce qu’elle ressent toujours. Déjà à l’époque, ils n’étaient qu’incompréhension pour les autres. « L’amitié fille/garçon ça existe pas » « Non mais Sky, me dis pas que tu dors tout le temps DANS SON LIT et qu’il s’est jamais rien passé ? » « Pourquoi tu traînes avec elle, Dany, elle est bizarre, non ? » Tout les avait toujours séparés et pourtant ils étaient plus liés que quiconque. C’était son frère, son soleil.

Mais maintenant, elle est seule, même lorsque les quelques rayons du soleil couchant caressent sa peau, chauffant à peine son épiderme. Tous les soirs, en rentrant, elle lève ses yeux azurs vers sa fenêtre. Les rideaux sont tirés, la lumière éteinte. Plus rien ne sera jamais comme avant. Et ça, elle le sait, Skylar, mais elle n’arrive pas à s’y faire. Parfois, quand le chagrin se fait trop fort, elle se demande même si c’est normal, si une telle balafre est censée guérir, un jour. Elle ne peut rien y faire, alors elle avance, un pied après l’autre.

Aujourd’hui, ça fait trois mois et pourtant elle est assise sur les quelques marches qui mènent aux grandes portes du cinéma, son lieu de travail. Elle vient de finir ses heures de travail au Kiriani et elle s’octroie quelques minutes dans la foule, quelques minutes solitaires. Et puis, ce n’est pas comme si elle avait quelque chose à faire, après. Son père l’attendrait sûrement dans le noir de leur appartement, l’esprit embrûmé et la hargne au ventre. Aucun repas chaud ne mijoterait sur la table de cuisson, aucun sourire ne lui serait dédié. Grany, elle, est à sa soirée de bridge hebdomadaire ; soir durant lequel Skylar est orpheline. Elle a tout son temps ; du temps et rien à faire, aucune envie. Plus tard, elle irait sûrement se balader en ville, profiter de la nuit qu’elle considérait comme son amie, mais aussi ouvrir l’œil, rester vigilante. Avec de la chance, elle croiserait une bébête à éliminer ou trouverait quelque chose à faire.

Mais pour l’heure, ses fesses restent en contact avec le froid de la pierre, salissant son jean au passage. Mais ça, Skylar s’en fiche, c’est elle qui s’occupe de sa lessive de toutes manières, personne ne viendra l’emmerder pour une tache. Dans la poche de sa veste, une bosse familère se repose contre son cœur. Sky sait parfaitement ce que c’est : un paquet de cigarettes. Pourtant, Skylar ne fume pas, à part quelques taff en soirées, lorsque l’envie lui prend. Mais, la brune enfonce sa main à l’intérieur de son vêtement et en ressort un paquet défoncé et cabossé, une petite boîte en carton toute tordue. Elle l’ouvre et compte les bâtons de mort qui reposent à l’intérieur. Un. Deux. Trois. Trois mois, trois cigarettes. Elle se saisit d’un petit rouleau et le porte à ses lèvres, le coinçant nonchalamment entre ses jumelles. Skylar ne fume pas, Skylar prend une bouffée d’oxygène. Il est à Dany, ce paquet. Enfin… était. À peine les volutes de fumées envahissent ses narines que l’image de son ami s’impose à son esprit. Elle respire Dany, elle goute Dany. Ses cigarettes, son odeur. Alors, Skylar fume, pour une fois, juste une fois, pour le garder un peu avec elle, pour ne pas l’oublier.

Et alors, la vie semble plus légère, Dany est à nouveau avec elle, alors rien de mal ne peut arriver. Comme un signe, comme un souvenir remontant des méandres de sa mémoire, Skylar aperçoit alors un visage connu émerger de la salle de cinéma. Toi, Blake McPhe. Toi, qu’elle connait si bien sans jamais connaître aucun de tes recoins. Son regard passe sur ton visage alors qu’il s’étire en un sourire destiné à une autre. Une des nombreuses qui défilent dans ta vie dont Sky a toujours été le témoin. Dan a beau t’avoir vendu auprès de la jeune fille, tout ce qu’elle arrive à voir de toi c’est ce sourire éphémère qui dans quelques minutes, quand ta main aura quitté ses fesses, ne voudra plus rien dire. Elle t’a tellement vu effectuer cette danse qu’aujourd’hui elle la connaît par cœur. Elle espère juste que tu sais sourire pour de vrai.

Elle te détaille rapidement, tu sembles égal à toi même ; et passe à autre chose. Vous n’avez jamais été amis et maintenant que Dany n’est plus là pour vous rassembler, une conversation entre vous n’aurait pas lieu d’être. Alors, Skylar reporte son regard sur la foule, la clope au bec, frissonnant sous la légère brise. Un dernier moment avec son Dany, puis elle retournera à sa vie.


_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Habitant de Whae Wacky
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Lun 17 Avr - 16:59

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Il est 21 heure quand Amelle m'appelle. Amelle, c'est une fille que j'ai rencontré au Hangar. A en juger par les regards que mes collègues lui lançaient et leur bouches entrouvertes j'avais attrapé un beau poisson. Pour moi, c'était juste un échappatoire, continuer dans ma lancée des coups d'un soir sans à avoir à m'attacher et montrer aux autres que j'étais toujours dans la course. Cette fin de soirée avait été plutôt agréable mais comme à mon habitude je m'étais éclipsé de son lit à peine quelques minutes après qu'elle se soit endormie. Sans rien laisser derrière. Mes sentiments se bousculaient dans ma tête et une vraie guerre éclatait entre mon coeur et ma raison. D'un côté l'envie d'apprendre un jour à laisser une fille rentrer dans ma vie et de l'autre côté ne pas s'accrocher, ne pas faire confiance et ainsi fuir tout sentiment.

Vous savez, peut-être que dans une autre vie j’aurais été différent. Moins méfiant, plus courageux. Le problème, c’est qu’entre un père qui a trompé sa femme durant des mois et une mère se trouvant être cette maitresse, au courant de la situation mais assez naïve pour s’imaginer le garder grâce à un enfant, j’étais mal barré, même avant ma naissance. Ne jamais faire confiance aux autres est devenu mon mantra. Une phrase que je me répétais matin et soir.

C’est pourquoi, lorsque je reçois cet appel, je suis tout d’abord étonné qu’elle ait mon numéro. Mon collègue me dit-elle. Forcément, il n’avait pas pu s’en empêcher. Il me le revaudra, tôt ou tard. Alors que je m’attendais à en prendre pour mon grain, de quel connard j’avais été de la laisser cette nuit là, elle me surprend en me proposant une sortie cinéma, sans parler de mon départ en douce. Peut-être qu’après tout, elle ne recherche rien de sérieux elle non plus.  Et je n’ai rien de mieux à faire, les gars ne sont pas dispo et je n’ai pas envie d’être seul ce soir. Puis, un cinéma, ça n’engage à rien et je n’aurais pas besoin de parler. Juste le minimum avant le début du film, les conversations superficielles dont je suis maintenant devenu un expert.

Je la laisse choisir le film et elle se décide pour un gros box-office  américain. Tout ce que je déteste. 1h30 de supplice à regarder cette comédie. La seule chose qui me fait tenir, c’est l’image d’Amelle collée sous mon corps. C’est vrai qu’elle est bien foutue, vraiment. Après une éternité, les lumières se rallument et on sort enfin de la salle. Il fait bon dehors. Une légère brise ébouriffe les cheveux de la jolie créature à mes cotés et alors que j’allais lui proposer de la ramener, elle me devance et me demande de l’attendre le temps qu’elle aille aux toilettes. Aaaah les filles et leur mini vessie.

Je m’appuie contre le muret longeant les escaliers du cinéma et regarde autour de moi. Un groupe est en grand débat du la fin d’un film tandis qu’un couple se dit au revoir. Il n’y a pas grand monde ce soir. C’est pourquoi, je repère une petite silhouette familière assise sur les marches. Seule. Je ne suis pas sure que ce soit elle, aussi, je me déplace pour essayer d’avoir une meilleure vue sur son profil. C’est bien elle, Skylar. Je ne l’ai pas revue depuis l’enterrement de Dan. C’est avec un pincement au coeur que je m’approche d’elle. Nous ne nous connaissons depuis quelques années maintenant mais n’avons jamais eu de l'occasion de vraiment se parler. Les garçons n’ont jamais compris ce que Danny lui trouvait mais de mon coté, il y a quelque chose chez elle qui m’a toujours intriguée. Je n’ai jamais su si c’était son côté solitaire ou mystérieuse. Je n’ai jamais osé en parler à Dan, mais peut-être qu’il est temps de prendre mon courage à deux main et de le découvrir.

Je me détache du muret et descend les escaliers tranquillement, je vérifie qu’Amelle n’est toujours pas revenue et m’approche de Skylar.

« Salut » dis-je tout simplement. Elle relève sa tête et semble surprise. Je me demande ce qui m’a bien pris, je ne sais même pas quoi lui dire. « Je euh.. ça va ? » Non mais sérieux ? C’est tout ce qui me vient à l’esprit ? Surpris par mon manque d’originalité et de discussion, je me rattrape en réussissant à afficher mon sourire de tous les jours et poursuis : « Tu es seule? » Pathétique. Je me trouve pathétique, et pourtant j'arrive normalement à faire au moins bonne figure lors des 10 premières minutes.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Lun 17 Avr - 19:58

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Skylar en revient inévitablement à ce jour fatidique où le corps de son meilleur ami est retourné à la terre. Sa famille était là et sa mère, qu’elle connaissait si bien, lui avait caressé la joue pour en essuyer la larme qui s’écoulait le long de sa pommette.  Elles avaient échangé un sourire triste et Mme. Doyle avait fini de remonter la longue ligne des gens en deuil. Dan était quelqu’un d’aimé et Skylar était loin d’être la seule à subir sa perte. Ses quatre comparses de toujours étaient là, aussi, affichant des sentiments divers, chacun à sa manière. C’était la dernière fois qu’elle les avait vus et elle aurait été bien incapable de se souvenir de leur état, abîmée dans sa peine qu’elle était ce jour là.

Tirant sur sa cigarette, Skylar sent ta présence lorsque ton ombre tombe sur elle, lui cachant la luminosité voilée du soleil. « Salut » Elle lève alors le visage vers toi, curieuse. Persuadée que tu réagirai comme elle, elle n’a pas supposé un seul instant que tu puisses t’approcher d’elle pour… Faire la discussion ? Elle n’arrive même pas à deviner tes intentions tant la situation lui semble incongrue. Un léger blanc s’installe, le temps que Skylar expulse la fumée qui obstrue ses voies respiratoires. « Salut » Elle te regarde, dans l’attente. Tu es forcément là pour lui dire quelque chose, pour faire passer un message, sinon pour quelle raison l’as-tu abordée, toi qui semble en plein rendez vous amoureux. « Je euh… ça va ? » Tu bafouilles, sembles mal à l’aise. Skylar hausse un sourcil, surprise. Tu n’es pas le Blake qu’elle connaît, comme si tu avais revêtu un autre costume lorsque tu avais décidé de t’avancer vers elle. Elle a pu t’observer, Skylar, durant toutes ces années alors qu’elle n’était qu’une ombre dans un coin d’une soirée. Elle t’a vu t’intégrer à des groupes différents, toujours à l’aise, le mot pour rire.

« Ca va, je traîne avant de rentrer chez moi, profitant des derniers rayons de soleil. Et toi ? » Mais aujourd’hui, c’est Skylar qui se fait à l’aise, qui prend le dessus. Elle étaye la conversations pour essayer de la rendre moins gênante, moins bizarre.

C’est la première fois qu’elle te voit gêné et elle n’est vraiment pas sûre de comprendre pourquoi.

Tu sembles te reprendre et affiches un sourire confiant, reprenant du poil de la bête. Skylar reste spectatrice de tes émois sans en connaître ni les tenants ni les aboutissants. Elle sent ton malaise sans en identifier la source, sans en comprendre la raison. « Tu es seule ? » Une fois de plus, Skylar ne comprend pas. Des banalités ; où était passée ta franchise désarçonnante qui faisait chavirer les nanas ? Peut-être la réserves-tu aux filles comme Amelle. Et Skylar, n’est réellement pas de la même famille. Elle esquisse un mouvement du bras, désignant clairement l’espace vide autour d’elle. « Ouais, je me fumais juste une clope avant de rentrer. » Juste une clope ; c’était pourtant tout sauf cela. Mais ce que Skylar ressentait n’appartenait qu’à elle et elle n’allait pas le partager avec toi, McPhee. « Mais ça a pas l’air d’être ton cas. » Elle désigne la nana qui était à ton bras d’un mouvement de tête, la désignant du menton. Elle est belle et Skylar connaît bien ce genre de fille. Sûre d’elle, audacieuse, sûrement intelligente ou drôle. Tout ce qu’elle n’est pas. Amelle vient de passer les portes du cinéma et elle cherche son cavalier du regard. Lorsqu’elle le repère finalement, Skylar aperçoit quelque chose dans son regard qui n’est évidemment pas de la joie. Jalouse ? Sky rigole intérieurement. Comme si la brune pouvait rivaliser avec une fille comme elle.

« Tu voulais quelque chose ? Parce que ta nana semble pas trop apprécier que tu me parles. » Simple supposition basée sur un regard noir, le genre de regards que Skylar a souvent observé mais qui est généralement destiné à quelqu’un d’autre. Elle ne veut pas être rude ou impolie, elle exprime simplement sa curiosité d'une voix sans émotion, où l'étendue de sa curiosité ne transparaît qu'à peine. Elle se fiche royalement de la jalousie de ta greluche, elle ne sera sûrement plus là dans quelques temps. Elle ne le sait pas encore, mais Skylar en mettrait sa main à couper. Elle n'est pas la première qu'elle voit pendue à ton bras et elle ne sera sûrement pas la dernière.

Amelle se dirige vers vous, augure d'ennuis pour toi.



_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Habitant de Whae Wacky
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Ven 21 Avr - 19:44

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017




Le fait d'avoir Skylar devant moi me ramène automatiquement à l'image de Dan. Le sourire jusqu'aux oreilles et son bras posé sur ses épaules. Si on ne les connaissait pas, on pouvait les prendre pour un couple. On avait beau dire que dans le Club des 5, on était notre seule famille, les seuls à réellement compter, je pense que pour Dan, Sky était au même niveau que nous. La fille qui complétait sa bande de potes.

Trois mois déjà se sont écoulés depuis l'événement tragique et j'ai l'impression qu'hier encore, il était affalé chez nous, une bière à la main. La vie est vraiment trop courte. Si seulement le surnaturel n'était jamais venu frapper - tuer - à notre porte...

Je sors de mes pensées lorsqu'elle me répond à son tour par un salut. En même temps, que pouvait-elle dire d'autre ? Je me balance un pied sur l'autre et je sais qu'elle a remarqué mon moment de désarroi. Heureusement, elle ne me laisse pas dans cet embarras. Dire que d'habitude c'est moi qui rends les gens mal à l'aise.
« Ca va, je traîne avant de rentrer chez moi, profitant des derniers rayons de soleil. Et toi ? » Et moi ? Eh bien, comment lui annoncer qu'alors que je me faisais royalement chier, une jolie partie de jambes en l'air s'était présentée à moi ?

« Comme tu peux l'imaginer, je suis venu voir un film. Une belle merde soit dit en passant. » J'en reviens toujours pas d'avoir accepté d'aller voir ça et surtout d'avoir payé pour. Sky ne peut réprimer un petit rire, elle aussi elle ne doit pas vraiment être du genre box office, je l'imagine bien voir de vieux films, datant des années 70.

« Ouais, je me fumais juste une clope avant de rentrer. » Je la vois regarder un peu trop insistement sa clope avant de la jeter, c'est bizarre j'aurais juré qu'elle ne fumait pas. Mais bon, je ne la voyais que très vite fait. Je me demande pourquoi elle traîne ici, mise à part le cinéma, il n'y a pas grand chose dans les environs. « Mais ça a pas l’air d’être ton cas. » Eh merde. J'avais totalement oublié Amelle. Lorsque je me retourne dans la direction du mouvement de tête de Sky, je ne peux réprimer une grimace. La grande blonde n'est plus à ma recherche, ses yeux sont déjà posés sur nous et je sens son regard noir et froid. Pourquoi doivent-elles toujours s'imaginer le pire ? Je n'ai donc pas le droit de parler à une.. qu'est Sky pour moi d'ailleurs ? Une connaissance ? Une amie d'un ami ?

Je tente de me rattraper en faisant signe à Amelle, du genre j'arrive et me retourne vers Sky. Celle-ci enchaîne directement : « Tu voulais quelque chose ? Parce que ta nana semble pas trop apprécier que tu me parles. »
Ma nana ? Elle ne me connaissait donc vraiment pas, sinon, elle aurait su que je n'étais pas du genre à être en couple. Je rigole et lui dis : « Premièrement ce n'est pas ma copine et deuxièmement n'étant pas ma copine, je ne vois pas ce qui la gênerait au fait de te parler. » Je ne sais pas si j'ai conscience de ma naïveté ou si je me force à croire mes paroles pour me donner bonne conscience. Amelle a bien compris qu'elle n'aurait jamais rien de plus que ma simple compagnie de temps en temps, n'est-ce pas ? Mais oui me dis-je. Sinon elle ne m'aurait jamais rappelé. Confiant, je me retourne pour l'accueillir.

« Bon vu que tu sembles occupé à draguer je vais prendre un uber, bonne soirée. »

Ou pas.

Sérieusement ? Elle vient réellement de me faire une crise de jalousie là ? Je n'ai même pas le temps de comprendre ce qui vient de se passer qu'elle a déjà tourné les talons. J'entends Sky rigoler. Et en plus il fallait que ça se passe devant elle. Honteux et toujours sur le cul je baisse les yeux sur elle. « Désolé que tu ai assisté à ça...vraiment, il n'y avait rien de sérieux entre nous. » Et si elle est capable d'une réaction pareille alors que ce n'est que la deuxième fois que je la vois et que je ne faisais que parler, j'avais tout faux sur son compte. Au final, elles sont toutes pareil, à faire genre qu'elles s'en fichent alors qu'à la première fille à laquelle on part elles déboulonnent.
« C'est peut-être pas plus mal que ça soit arrivé maintenant, au moins, c'est réglé. » Mon bas ventre en revanche, m'en veut de ne pas l'avoir rattrapé et je ne peux lui en vouloir. C'était un très bon coup. Mais une jalouse, c'est la dernière chose dont j'ai besoin.






_________________


    Only now do I see the big picture. But I swear that these scars are fine. Only you could've hurt me in this perfect way tonight. I might be blind, but you've told me the difference. Between mistakes and what you just meant for me.   ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Sam 22 Avr - 9:04

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Tu oscilles entre désarroi et gêne, comme si tu ne savais pas comment te positionner clairement, quelle attitude adopter. Pourtant, tu as toujours aborder Skylar sans problème, parfois plus amicalement que d’autres, quand l’alcool alourdissait tes mouvements. Petit à petit, tu reprends tes marques, te rappelles que ce n’est qu’elle et que tu ne risques rien, comme si tu trainais avec la petite sœur de ton meilleur pote. Voilà ce qu’elle se dit alors qu’elle t’observe évoluer dans son centre de gravité. « Comme tu peux l'imaginer, je suis venu voir un film. Une belle merde soit dit en passant. » Skylar voit tout à fait de quel film tu parles, surement la sortie d’hier qui faisait beaucoup de boums pour très peu de paroles. Sky rit à ta remarque, presque sarcastique. Elle s’est tapé ce film pas moins de 4 fois aujourd’hui, et rien que la bande son lui donne désormais envie de vomir. « Celui qui fait beaucoup de bruit pour pas grand chose ? Ouais, je vois, j’ai du me le taper une bonne dizaine de fois depuis hier. » Devant le regard incrédule que tu lui lances, elle écarte les pans de sa veste pour tapoter sur son badge brillant et doré. « Ouais, je travaille ici, c’était pas pour le plaisir. »

Elle te regarde en coin, peu sûr de la signification de votre échange : serais-tu du genre à ne pas aimer ces films dits d’action dont la plupart des mecs sont friands ? Skylar aime bien en regarder aussi, de temps en temps, ne t’en déplaises, mais celui-ci est une réelle daube et elle a toujours pensé qu’il y avait des limites. Elle jette sa clope après l’avoir roulée entre ses doigts, comme si cela allait prolonger son moment nostalgie, ravivé par ton visage d’ange qui lui était si bien connu. Contre son cœur elle sent le petit parallélépipède, la boîte renfermant les quelques clés qui lui ouvriraient les portes du bonheur. Elle les garde pour plus tard, même si la tentation est grande ; Elle serait malade, de toutes manières, si elle s’en fumait une autre.

Elle désigne Amelle et sur ton visage se peint une surprise rapide non feinte. Sky sourit en coin. L’aurais-tu déjà oubliée ? Soit il t’en fallait peu, soit cette fille n’était réellement qu’un passe-temps pour toi. Ça la fait sourire, Skylar, parce qu’elle se trouve du bon côté du binôme, parce qu’elle te connaît trop bien. Ou du moins, elle le croît.

Tu fais signe, tu affiches un sourire encourageant mais déjà Skylar sait que c’est cuit pour toi. Ça se voit au regard qu’Amelle vous lance, à ses prunelles glaciales. Pourtant, tu prends la peine de jouer la comédie du rendez-vous, t’apprêterais presque à finalement détourner les talons pour laisser Skylar retourner à sa vie, sans même lui avoir dit ce que tu lui voulais, à la base. Sentant votre entrevue s’écourter, la brune te demande ce que tu lui veux avant de faire une remarque sur Amelle. Tu ris sincèrement et assassines ta copine alors qu’elle n’est même pas là pour se défendre. « Premièrement ce n'est pas ma copine et deuxièmement n'étant pas ma copine, je ne vois pas ce qui la gênerait au fait de te parler. » Skylar hausse un sourcil. Comme tous les mecs, tu n’y comprends rien ; Elle-même n’est pas sûre de comprendre le genre féminin, pourtant, ici, les choses sont claires.

En quelques enjambées, ta nana (pardon, la nana) vous rejoint, glaciale comme un iceberg. Tu lui fais face, visiblement confiant et elle te stoppe net. « Bon vu que tu sembles occupé à draguer je vais prendre un uber, bonne soirée. » Skylar porte immédiatement la main à sa bouche pour retenir le rire narquois qui menace sévèrement de franchir ses lèvres. Tu disais quoi, déjà ? Tu ne vois pas ce qui la gênerait ? Tu reportes ton attention sur Skylar, te désintéressant immédiatement de la blonde, ce qui fait sourire encore plus ironiquement Sky. « Désolé que tu ai assisté à ça...vraiment, il n'y avait rien de sérieux entre nous. » Tu t’excuses, tu te justifies et une fois de plus Sky ne comprend pas pourquoi. Ne devrais-tu pas être en train de lui courir après pour lui expliquer que Skylar n'est rien ? Elle en a vu des scènes, en soirée, entre tes différentes conquêtes. C’était généralement à ce moment là qu’elle allait cherché le pop-corn en tirant Dany par la manche pour lui montrer le spectacle. « C'est peut-être pas plus mal que ça soit arrivé maintenant, au moins, c'est réglé. » Skylar sourit en levant les yeux au ciel. Tu fuis comme un mec.

« T’es naïf McPhee, ou tu le fais exprès ? » Ils s’appelaient par leur nom de famille, dans le club des 5, et Skylar avait très vite pris la même habitude. Après tout, c’était toujours en ces termes que Daniel s’adressait à elle. « Tu l’emmènes en rendez-vous amoureux… » Devant le regard que tu lui lances, elle fait un signe de la main signifiant clairement ‘ou quelque soit votre sortie’ avant de continuer « puis t’attends qu’elle s’éclipse pour aller parler à une autre nana. Bon, même si je vois pas comment elle a pu croire que j’étais une menace. » Elle lâche un éclat de rire cynique en esquissant une grimace désabusée. Non vraiment, elle ne voyait pas ce que Blake, un des mecs les plus canons qu’elle connaisse, soit dit en passant, aurait bien pu lui préférer à Amelle, la belle blonde à l’allure de mannequin. Mais il fallait croire que la gente féminine voyait parfois le mal là où il n’y en avait pas. « C’est peut-être pas à moi qu’il faut dire désolée mais à elle… » Sky la désigne une fois de plus d’un mouvement de tête ; ta dulcinée attend sur le trottoir, pianotant sur son téléphone surement à la recherche d’un moyen de locomotion quelconque. « C’est maintenant ou jamais, Don Juan. »

Elle te pousse vers la blonde, vers la fille que tu avais choisi pour accompagner ta fin d’après-midi et surement ta nuit ; mais au fond d’elle, Skylar n’est pas sûre de vouloir que tu partes. Oh, bien sûr, elle ne l’avouera jamais, et surtout pas à elle-même, mais finalement, entendre ton rire et le son de ta voix lui rappelle trop de bons souvenirs. Des images de ton appartement où elle a mis les pieds quelques rares fois s’imposent à elle, son ambiance festive, le sourire de Dan. Et puis, elle qui est toujours dans l’ombre, être choisie par un mec tel que toi serait inimaginable. Déjà, elle éteint cette lueur de folie d’un soufflet intérieur. Tu as simplement voulu être poli et une fois devant elle tu avais déjà perdu toute ta bonne volonté. Vous n’aviez jamais pu avoir de vraie conversation, pourquoi cela changerait-il aujourd’hui, alors que la seule personne capable de vous réunir n’existait plus ? Sky ne se fait pas de fausses idées, une fois ta B.A. terminée tu retourneras à ta vies, à tes conquêtes, à tes histoires. Et elle en fera sûrement de même.

Déjà elle se lève, comme si ta décision était déjà prise, comme si elle était évidente. Ça l'est, pour elle, en tous cas.



_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Habitant de Whae Wacky
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Dim 30 Avr - 13:05

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017




« Celui qui fait beaucoup de bruit pour pas grand chose ? Ouais, je vois, j’ai du me le taper une bonne dizaine de fois depuis hier. » Alors là, je ne m'y attendais pas, elle était donc une adepte de ce genre de film? Elle a du voir ma surprise car elle ajoute « Ouais, je travaille ici, c’était pas pour le plaisir. » Tout s'explique. Sa phrase précédente et le fait qu'elle soit ici, seule et assise sur les marches. C'est vrai que j'aurais pu y penser.

« T’es naïf McPhee, ou tu le fais exprès ? » Je regarde la brune qui vient de me poser cette question et alors que j'allais répliquer, elle poursuit : « Tu l’emmènes en rendez-vous amoureux… ». C'est bien elle se corrige d'elle même en remuant sa main. J'aurais probablement perdu patience si j'avais encore du expliquer qu'il n'y avait strictement aucun sentiment amoureux dans ce rendez vous avec Amelle. « Puis t’attends qu’elle s’éclipse pour aller parler à une autre nana. Bon, même si je vois pas comment elle a pu croire que j’étais une menace. » Skylar être une menace ? Mais c'est comme si elle était la petite soeur d'un de mes potes, enfin ça se voyait qu'il n'y avait strictement rien entre nous deux, non ? Rempli de doutes je me retourne et vois Amelle toujours sur le bas côté de la route. A-t-elle vraiment ressentie ça ?  Maintenant, ce n'est plus des doutes mais de la gêne qui m'envahit à l'idée de penser qu'on ait pu croire que je draguais réellement Sky. Si Dan avait vu la scène d'en haut, je ne sais pas si il serait entrain de rigoler sur mon cas ou s'il aurait envie de me sauter dessus. Sky, elle était précieuse pour lui, on avait le droit de lui parler mais ça s'arrêtait là. On ne lui en voulait pas. Il nous connaissait, il s'avait comment on était avec les filles. Pas irrespectueux mais pas des princes charmants non plus.  Et puis je crois pas qu'elle intéressait les autres de toute façon. Trop bizarre, disaient-ils.

En parlant de respect, Skylar me rappelle que je n'ai pas été très correct envers Amelle. « C’est peut-être pas à moi qu’il faut dire désolée mais à elle… » Ah je vous jure ces nanas... Pourquoi ce n'est jamais faciles avec elles?! « C’est maintenant ou jamais, Don Juan. »
J'hésite puis me dit que ma mère ne m'a pas élevé en connard. Je dois bien ça à Amelle. « Bon c'est vrai qu'elle aurait pu s'imaginer quelque chose » cette idée me rend bizarre mais je continue style de rien « donc je vais aller mettre les choses au clair et m'assurer qu'elle ait trouvé un moyen de rentrer chez elle. »

Alors que je m'avance vers Amelle je vois Sky debout et prête à déguerpir. « Hé ! Pas si vite ! Tu vas gentiment reposer tes fesses (que je n'ai évidemment pas pu m'empêcher de reluquer, que m'arrive-t-il?) sur ces marches et m'attendre. Je n'en ai pas fini avec toi. Tu as ruiné mon coup avec cette nana donc il va bien falloir que tu m'offres une alternative.» Je me rends alors compte du sous-entendu que mes paroles peuvent avoir et j'espère que Skylar ne l'a pas pris dans ce sens là. Je n'attends strictement rien de cette fille, mise à part sa compagnie qui m'intrigue et quelques souvenirs du temps où notre ami était encore parmis nous. Mais peut-être qu'encore une fois, je me voile la face jusqu'à admettre la réalité et fuir. Oui. J'excelle dans cette matière.

Alors que je m'avance vers Amelle, je me demande si Sky a décidé de rester ou pas. Après tout, elle a peut-être quelque chose de mieux à faire ou tout simplement rien à faire de ma compagnie. Elle nous supportait lorsqu'il y avait Dan, mais maintenant qu'il était mort, elle n'avait aucune raison de me vouloir me parler.

La jolie blonde qui m'accompagnait en ce début de soirée m'aperçoit et je sens une lueur d'espoir traverser ses grands yeux et je m'en veux du regard noir qu'elle me jète ensuite. J'explique que Skylar était la meilleure ami de Dan et je sens Amelle se détendre. Elle pose sa main sur mon avant bras. Eh merde. La suite ne va pas lui plaire autant. Lorsque je l'abandonne pour de bon, je ne sais pas si Sky m'a attendu ou si je pars pour une soirée au goût amère à vagabonder seul dans les rues de Whae Wacky.






_________________


    Only now do I see the big picture. But I swear that these scars are fine. Only you could've hurt me in this perfect way tonight. I might be blind, but you've told me the difference. Between mistakes and what you just meant for me.   ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Lun 1 Mai - 21:35

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



À te voir te conduire avec les filles, beaucoup ont du penser à un moment ou à un autre que tu étais un connard, un sans cœur qui se fichait des sentiments des autres. Peut-être bien, même, que Skylar l’a déjà pensé, une fois ou deux, alors que tu changeais de nana comme de chemise ou qu’une ex pleurait dans les toilettes. Mais aujourd’hui, le mot qu’elle emploierait pour te qualifier est tout autre : naïf. C’est pourtant un adjectif qu’elle imaginait bien éloigné de ta personnalité, qu’elle n’imaginait pas te coller à la peau.

« Bon c’est vrai qu’elle aurait pu s’imaginer quelque chose, donc je vais aller mettre les choses au clair et m’assurer qu’elle ait trouvé un moyen de rentrer chez elle. » Elle voit sur ton visage le doute qui t’enlace alors que tu te retrouves dans une situation que tu n’as peut-être jamais vécue auparavant. T’arrives-t-il souvent de courir après une nana que tu as vexée, Blake ? Y songes-tu seulement, d’habitude ? Voilà des questions qui lui traversent l’esprit quand elle voit à quelle vitesse tu étais prêt à abandonner une nana sublime. À croire qu’aujourd’hui est le jour des premières fois. Alors que tu t’éloignes, déjà Skylar se lève et s’époussette. Jamais tu ne reviendras, le pays d’Amelle est cent fois plus intéressant que la contrée Wheeler, elle-même elle aurait sûrement choisi la blonde plutôt que sa propre personne. Là encore Skylar fait preuve d’un paradoxe à toute épreuve, à la fois convaincue que les filles comme Amelle étaient, d’une certaine façon, mieux qu’elle, sans jamais réussir à comprendre ce que les garçons pouvaient bien leurs trouver. Les Amelles, Skylar en avait vues défiler pleins lors des soirées où elle accompagnait Dany, elle leurs avait fait la conversation, parfois, et s’était poussée de leur chemin, souvent. Au moment même où elle t’avait repoussé vers ton rendez-vous, Skylar savait qu’elle t’avait perdu. Croyait, en tous cas.

« Hé ! Pas si vite ! » Skylar tourne le visage vers toi, affichant clairement sa surprise. Elle qui pensait te connaître, elle se sent prise au dépourvu, comme si un livre que l’on connait par cœur avait finalement changé son chapitre de fin. Tu l’as souvent plantée au milieu d’une conversation sans substance, et elle en avait fait de même ; mais aujourd’hui tu as décidé qu’une Skylar avait plus d’intérêt qu’une Amelle et la brune n’aurait jamais parié sur cette option. « Tu vas gentiment reposer tes fesses sur ces marches et m’attendre. Je n’en ai pas fini avec toi. Tu as ruiné mon coup avec cette nana donc il va bien falloir que tu m’offres une alternative. » Heureusement pour Skylar, tu lui tournes le dos sans même vérifier qu’elle suit tes instructions, comme si tu savais d’avance qu’elle ne dirait pas non à ta proposition. Les joues en feu à cause de ta remarque, elle se demande si tu l’as fait exprès. Si c’est ta volonté, de la mettre mal à l’aise, si ton but est de t’amuser un peu.

Elle remet une mèche rebelle derrière son oreille tout en essayant de gérer son trouble. « T’es ridicule, Skylar » Non mais vraiment. Elle te regarde t’approcher d’Amelle et lui parler. De là où elle est, elle ne peut voir ton visage, elle ne peut deviner tes pensées. Elle saisit l’ambiance générale alors qu’Amelle pose sa main sur ton avant bras, alors que son visage s’illumine. Skylar sait alors que tu as trouvé les mots et que tu n’as certainement plus besoin d’elle pour… une alternative. Adossée à la rambarde des escaliers, elle sent même une pointe de colère la prendre dans son étau. Pourquoi t’attendrait-elle alors qu’elle n’est qu’un second choix, pourquoi devrait-elle suivre tes directives ? Et alors elle se sent bête ; Bête parce que, finalement, elle réagit presque comme Amelle quelques minutes plus tôt. « Vraiment ridicule. » Elle souffle un coup et se passe une main sur le visage pour tenter de chasser l’amas de sentiments divergents qui se sont succédés en elle. La seule chose restante est l’incompréhension. Et si Skylar décide de partir elle ne saura jamais. Comptes-tu réellement revenir ou t’éclipseras-tu dans le uber d’Amelle ? Que lui veux-tu ? Que caches-tu encore ? Pourquoi est-ce qu’à chaque fois que tu lui parles, elle ressent ce trouble fugace qui s’efface immédiatement lorsque ta silhouette disparait ? Skylar pensait te connaître presque par cœur, comme une enfant présomptueuse, et aujourd’hui tu lui as montré un pan de ta personnalité qu’elle n’est pas sûre de connaître. Malgré elle, elle ne peut s’empêcher de douter. Où est le piège ?



_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Habitant de Whae Wacky
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Dim 14 Mai - 23:01

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Je m'assure qu'Amelle ait commandé son uber et reviens vers le cinéma. Je n'arrive pas à savoir l'état d'esprit dans lequel je me trouve. Suis-je soulagé d'avoir écourté ma relation avec elle ou bien frustré ? Cette fille qui avait l'air de ne pas se prendre la tête aux premiers abords m'avait finalement montré qu'elle ne se serait pas contentée de ce que j'avais à lui offrir et je ne l'aurais pas supporté. C'était plus simple comme ça, elle n'avait pas eu le temps de s'accrocher. Normalement, je me serai arrangé pour qu'elle ne m'en veuille pas et que je puisse la rappeler quand j'en aurais eu envie. Mais cette fois-ci, c'est différent, je m'en fiche, je n'ai même pas envie de faire un effort. Je ne suis resté que 5 minutes à parler avec Skylar mais elle m'a intrigué beaucoup plus qu'amelie avec qui j'ai passé plus de temps.

Je n'ai pas encore regardé dans la direction des escaliers. Mon ventre se serre et je ne sais pas pourquoi. Etait-ce réellement à cause de Sky? Se pourrait-il vraiment que sa présence me trouble ? Cela n'est jamais arrivé auparavant. Pourtant nous la voyions assez souvent. Elle m'a toujours intrigué c'est vrai mais je passais outre. Tout comme les autres, sa présence m'était indifférente. Je ne la voyais que comme la copine de Dan, rien d'autre.

Je secoue la tête comme si cela pouvait remettre de l'ordre dedans et quand je la relève vers le lieu que j'ai quitté il y a quelques minutes, un sourire se dessine sur mes lèvres. Elle est là. Elle n'est plus assise mais appuyée contre la rambarde. Elle semble perdue dans ses pensées et je ne sais pas si elle m'a vue revenir. Je ne comprends toujours pas pourquoi je me sens content et satisfait mais mes pas s'allongent et deviennent de plus en plus rapide. Comme un gamin excité je décide de la surprendre en arrivant par derrière et en arrivant à sa hauteur je lui tape sur l'épaule droite tout en me positionnant à sa gauche. Elle se retourne vers la droite et c'est avec mon plus beau sourire que je lui dis :

« C'est de l'autre côté que c'est intéressant. » Elle lève les yeux au ciel et j'ajoute « Quoi c'est pas vrai ?  » Je rigole puis en deux trois enjambées je me retrouve de son côté. J'ai repris de la bête et je n'ai plus ce sentiment de ne plus savoir ce que je fais. Enfin, je ne sais peut-être pas vraiment ce que je fais mais je sais ce que je veux. Passer du temps avec elle et apprendre à la connaitre. Je crois bien que cela fait une éternité qu'une fille ne m'a pas intéressé à ce point, généralement je ne veux rien savoir de ce qui se trame dans leur tête. Je passe du bon temps et point barre. Avec Sky, c'est différent. Elle arrive à me rendre mal à l'aise mais d'un autre côté je sens que je peux être moi-même et bien que ça m'effraie je n'ai pour une fois, aucune envie de fuir cette sensation.

Je ne sais pas pour elle, mais moi je commence sérieusement à avoir faim. Je n'ai rien avalé ce midi et il commence à faire nuit. « Tu as mangé ? Je connais un endroit qui fait de très bons tacos. Ce n'est pas loin, une petite rue qui donne sur Hoke Street. » Je la vois hésiter et je poursuis : « Leur margarita est aussi excellente et on peut en prendre à emporter. » Je ne suis pas un adepte des cocktails, une bonne bière faisant l'affaire, mais après avoir gouté leur margarita, avec les gars nous avons pris l'habitude de nous en prendre des bouteilles qu'on s'enquillait à l'appart.






_________________


    Only now do I see the big picture. But I swear that these scars are fine. Only you could've hurt me in this perfect way tonight. I might be blind, but you've told me the difference. Between mistakes and what you just meant for me.   ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Mar 16 Mai - 20:40

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Son regard est perdu dans le vague alors qu’elle regarde les passants sortir du cinéma en t’attendant. Un film doit sûrement tout juste se terminer car de nombreux couples et familles poussent les portes du Kiriani, dévalent ses marches. Skylar ne te regarde pas, ne souhaitant pas te voir flirter avec Amelle, te voir l’amadouer avec tes sourires. Aux prises avec elle-même elle tente de se mettre des baffes mentales pour calmer son énervement. Elle t’avait vu cent fois draguer une nouvelle nana, une fois de plus ne devrait pas compter… Non ?

Trop sûre d’elle, se préparant presque à se barrer après que tu aies disparu, elle ne te voit pas mettre ta donzelle dans une voiture puis revenir vers elle. Elle détaille les passants, tente de deviner quels sont leurs liens. Certains sont évident, comme crachés à la face du monde, alors que d’autres semblent être tout en finesse, tout en subtilité. Elle sourit lorsqu’elle voit une petite fille passer sa main dans celle de son papa, clairement très excitée par ce qu’ils viennent de voir. Skylar aime bien les enfants, parfois, de loin. Comme de petits monstres qui semblent attendrissant jusqu’au moment où ils vous crient dans les oreilles.

Elle sent une tape sur l’épaule et se retourne d’un bloc, tombant clairement en plein dedans. Elle ne comprend pas, sur le coup et se retourne à nouveau, les sourcils froncés. Elle tombe alors nez à nez avec ton visage illuminé d’un grand sourire. « C’est de l’autre côté que c’est interessant. » Elle lève les yeux au ciel, par réflexe, alors qu’un sourire étire également ses lippes. Le premier sincère, dénué de moquerie ou de méfiance depuis le début de votre échange. « Quoi c’est pas vrai ? » Tu n’attends même pas sa réponse pour rire et la rejoindre. Elle t’observe, se mordant légèrement la lèvre inférieure. La surprise ne se voit pas sur ses traits, bien trop agile au jeu du cache-cache émotionnel ; Pourtant, au fur et à mesure que les minutes passent, tu la surprends de plus en plus. Après avoir été naïf, tu t’avères faire preuve d’une drôle immaturité qu’elle ne t’a jamais vu endosser en compagnie de tes trophées féminins. Elle hausse les épaules imperceptiblement, plus comme un point final à ses tergiversions qu’une quelconque réponse à tes actions.

Elle t’observe, Skylar, peut-être comme elle ne t’a jamais vraiment observé. Elle te voit sous un nouvel angle, d’une nouvelle manière et alors que le soleil disparait derrière les habitations elle se demande quelle surprise tu lui réserves, encore. Elle sent un petit saut dans son ventre lorsque tu lui demandes si elle a mangé. Elle voit tout à fait de quel restaurant tu parles, Dany lui en parlait, souvent. Pourtant elle n’y a jamais mis les pieds, un peu comme si s’y rendre constituait une violation de domicile, comme si elle s’incrustait. Elle reste silencieuse, t’observant toujours et tu sembles le remarquer. « Leur margarita est aussi excellente et on peut en prendre à emporter. » Elle laisse échapper un léger éclat de rire, comme si une margarita allait tout changer. Tu sais pourtant que laisser un verre d’alcool entre les mains de la jeune fille peut s’avérer dangereux. Elle ne supporte pas du tout l’alcool et cela n’a pas changé.

Elle hésite encore un peu, presque hypocrite. Au fond d’elle, elle sait déjà ce qu’elle va répondre, elle sait qu’elle va te suivre. Pourtant, elle regarde sa montre et lève les yeux en direction de son appartement, quelques rues plus loin. Elle père le pour et le contre pour la forme. Si elle ne te suis pas, McPhee, alors que lui reste-t-il ? Une soirée silencieuse dans sa chambre avec son père criant probablement contre la télé, saoul comme toujours. Elle regarde le sol, se donnant contenance, avant de dévaler la volée de marche.

« Tu devrais te dépêcher si tu veux pas que je vide leur stock de margarita ! »

Elle te sourit, préférant cacher sa gêne derrière de l’humour, derrière une blague sans fondement. Si elle ne se mettait pas à faire n’importe quoi après trois verres, ce serait déjà un miracle alors de là à finir leur stock…
Skylar ne te suit pas vraiment, elle sait très bien où se trouve l’endroit où tu veux la mener. Alors elle marche à tes côtés, ni trop près ni trop loin. Vos corps ne se touchent pas, pourtant Skylar jurerait presque qu’elle peut sentir ton corps irradié à côté d’elle. Elle sent une gêne s’emparer d’elle, d’être ici avec toi sans aucune raison valable, sans réelle excuse. Alors elle dit la première chose qui lui passe par la tête.

« Dany m’en a souvent parlé. Une fois il est venu frapper à ma fenêtre totalement bourré après avoir bu « ce divin nectar » comme il disait. » Elle forme les guillemets avec ses doigts et un sourire nostalgique étire ses lèvres. Elle s’en souvient comme si c’était hier, elle le revoit parfaitement. « Il est à moitié tombé dans ma chambre en chantant l’hymne national ! » On sent clairement l’amusement dans sa voix alors qu’elle raconte cette anecdote. Ses yeux brillent d’amusement et elle te jète régulièrement des coups d’œil alors que les mots sortent tout seuls de sa bouche. « J’ai cru que mon père allait nous tuer. » Littéralement, il avait failli mettre Dany à la porte en le menaçant avec une arme. Skylar savait qu’elle n’était pas chargée, elle avait elle-même enlevé les balles, au cas où, mais ils avaient eu une bonne frayeur. « On a fini par boire des litres d’eau et d’infusions au citron, enroulés dans ma couette, assis dans les escaliers de service. » Cette histoire qui a si bien commencé se termine pourtant d’une petite voix. Elle sent sa gorge se serrer et refoule les émotions qui menacent de la submerger. Il est hors de question qu’elle craque ici, devant toi. Ça avait bien commencé, pourtant. Elle baisse les yeux, faisant mine de regarder où elle met les pieds et se racle la gorge. Ça va aller.


_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Habitant de Whae Wacky
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Mer 17 Mai - 23:48

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
B. McPhee & S. Wheeler | Avril 2017



Je la fais rire en abordant la fameuse Margarita du restaurant et je me dis que c'est gagné. Pourtant, elle ne dit toujours rien et voilà qu'elle regarde sa montre puis lève la tête dans une direction autre que la mienne. Elle va refuser mon invitation et je vais me sentir con. Très con. Regretterais-je déjà ma proposition ? La tête toujours baissée, elle semble pesait le pour et le contre. Quand je la vois descendre les quelques marches rapidement je sais qu'elle va me laisser en plan.

« Tu devrais te dépêcher si tu veux pas que je vide leur stock de margarita ! » Je clignote des yeux comme pour m'assurer que je n'ai pas halluciné. Non, je ne rêve pas. Elle est bien là, un sourire taquin s'affichant sur son visage et me fais signe de bouger. Décidément, je ne comprends vraiment rien aux filles et à leur comportement. J'avoue que pour cette fois, je suis ravie de m'être trompé. Je saute à mon tour les marches qui me séparent d'elle et sans me laisser le temps d'amortir ma chute, elle se met déjà en marche.
« Dany m’en a souvent parlé. Une fois il est venu frapper à ma fenêtre totalement bourré après avoir bu « ce divin nectar » comme il disait » Ah le traître il lui en avait parlé ! Remarque, ce n'est pas lui qui est entrain de l'amener le tester mais bien moi. Et s'il y avait les autres ?
« Il est à moitié tombé dans ma chambre en chantant l’hymne national ! » Elle continue son histoire et je fais mine de suivre mais je ne peux m'arrêter de penser à ce que les membres du club des 5 penserez s'il nous voyait les deux. J'essaie de me souvenir de ce qu'ils faisaient respectivement ce soir et je me calme quand je me souviens qu'Ash passait la soirée chez Charlotte, Reese à Wellington chez ses grands-parents et Nate au sport. Un poids s'enlève de mes épaules et je peux me concentrer de nouveau sur ce que raconte Skylar.

« J’ai cru que mon père allait nous tuer. On a fini par boire des litres d’eau et d’infusions au citron, enroulés dans ma couette, assis dans les escaliers de service. » Je ne crois pas avoir entendu cette histoire mais ça ne m'étonne pas, Dany ne nous racontait jamais ce qu'il faisait pendant son temps avec Sky. Au début, on s'amusait à le chambrer sur une potentiel relation sexuelle avec elle mais on avait vite arrêté. Il n'aimait pas que l'on rigole de ça et je me rends compte qu'aujourd'hui, ce soir, ça ne m'aurait pas fait rire non plus.

« Ton père a vraiment braqué un gun sur Dany ? » J'essaie d'imaginer la tête qu'avait du faire Dany lorsqu'il s'était retrouvé nez à nez avec un pistolet mais à la place c'est un souvenir qui refait surface. Lui accoudé au balcon de mon appart le sourire jusqu'aux oreilles, entrain de nous raconter sa conquête de la veille. C'était le jour avant l'accident. Je chasse cette image de ma tête et je me rends compte que Sky semble elle aussi émue. Elle semble à deux doigts de craquer et je la remercie de ne pas craquer. Bien que j'aurais aimé la consoler, je sais que j'en aurais été incapable. Moi-même étant ravagé par sa mort subite. Cependant, je puise au fond de moi le courage de casser ce silence devenu trop lourd.
« Tu sais... il tenait énormément à toi et t'aimait comme une soeur. Probablement même plus que nous. » Je tente de croiser son regard mais elle fixe l'horizon. Mon bras me démange, il aurait envie de la serrer contre moi mais je lutte contre cette envie. Elle trouverait probablement ce geste déplacé et je n'ai pas envie de la faire partir.

Le restaurant n'est plus qu'à quelques mètres et j'aperçois au loin Carlos, le chef cuisto. Il me fait signe et j'annonce à Sky: « Ne fais pas attention aux remarques que cet imbécile te fera car s'il y a bien une chose qu'il sait faire mieux que ces tacos c'est charrier les gens. Potentiellement, les mettre les gens mal à l'aise. » J'adore Carlos, mais ces remarques peuvent parfois être un peu lourdes. Je l'ai déjà vu en pleine action avec des clientes et elles ne sont pas toujours réceptives à son humour.

Comme prévu, il nous accueillit à sa façon : « Dis donc qu'est-ce que tu nous as ramené aujourd'hui ? Tu as beau être une crevette je ne suis pas encore assez vieux pour te confondre avec ce morveux d'Ashley. Qui es-tu charmante créature ? C'est la première fois que je vois ce jeune homme venir ici accompagné d'autres choses que ces 4 autres paires de couilles. » Il me fait un clin d'oeil et j'ai beau lui rendre un léger sourire, je reste encore un peu tendu. J'ai peur qu'il ne la lache pas et pour changer, je n'ai aucune idée de comment elle encaissera ses paroles.






_________________


    Only now do I see the big picture. But I swear that these scars are fine. Only you could've hurt me in this perfect way tonight. I might be blind, but you've told me the difference. Between mistakes and what you just meant for me.   ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice MDJ ❀ STAFF
En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   
Mar 23 Mai - 0:10

Your perfume attacks me,
in the most civilised manner
Skylake | Avril 2017



Innocemment, sans réfléchir, Skylar s’accroche à ce qui vous relie, au fil rouge tendu entre vous : Daniel. Au fond, elle n’est pas sûre que vous ayez énormément de choses à vous dire, elle ne sait même pas ce que tu aimes. Elle se rend compte du fossé qu’il y a entre vous, malgré les années et le temps passé ensemble. Elle te connait par cœur et pourtant, tu es un inconnu pour elle. Alors elle parle de la seule chose qu’elle sait pouvoir être potentiellement interessante pour toi, elle parle pour combler. Elle se retrouve à te narrer une de leur soirée, le rire dans la voix.

Sans s’en rendre compte, sans y penser, elle cite même son père dont elle tait pourtant le nom, en général. Elle évite d’en parler, de mettre le sujet sur la table pour éviter les questions gênantes. Son père n’est pas comme tous les pères et ses réactions sont souvent… Différentes. « Ton père a vraiment braqué un gun sur Dany ?! » Skylar se mord la lèvre, évitant ton regard l’espace de quelques secondes. Elle réfléchit à toute vitesse et te livre une réponse honnête mais évasive. « Ouais… Mais il n’était pas chargé. Heureusement qu’il connaissait Dan, aussi. » Skylar tait le fait que son père n’appréciait pas particulièrement Daniel, le voyant comme un garçon plus âgé chez qui sa fille passait bien trop de temps une fois le soleil couché. Son inquiétude mal placée lui fait lever les yeux au ciel rien qu’en y repensant.

Alors qu’elle continue son histoire, l’émotion s’installe petit à petit dans sa voix. Elle termine sa narration dans un bruit de gorge gêné sensé lui redonner contenance, sans grand succès. Alors qu’elle prend un moment pour ravaler la boule amère ayant établi domicile dans sa trachée, tu brises le silence en lâchant quelques paroles réconfortantes. « Tu sais… Il tenait énormément à toi et t’aimait comme une sœur. Probablement même plus que nous. » Skylar relève le regard et le braque sur l’horizon, digérant ce que tu venais de lui dire. Elle t’est reconnaissante pour ces paroles réconfortantes mais la fin la fait tiquer. Elle tourne finalement son regard azur en ta direction, et s’exprime d’une voix qui a perdu ses tremblements. « Il m’aimait pas plus que vous. C’était juste… Différent. »

Elle sait à quel point elle pouvait être importante pour lui, pourtant, elle sait aussi qu’elle ne comptait pas plus que ses copains de la bande des cinq. Mais Skylar n’en a jamais été jalouse, elle n’a jamais ressenti de sentiment négatif à ce propos. Dany les aimait tous différemment et cela lui convenait parfaitement même si elle ne comprenait pas toujours. Elle acceptait et c’était la seule chose dont ils avaient besoin. Elle savait aussi qu’il vivait avec eux des moments différents de ceux qu’il vivait avec elle ; il abordait les sujets différemment. Elle préfère ne pas épiloguer.

Heureusement, vous arrivez d’ores et déjà devant l’enseigne de Tacos tant vantée. Pourtant, tu sembles ralentir imperceptiblement ton rythme de marche avant de la mettre en garde. « Ne fais pas attention aux remarques que cet imbécile te fera car s’il y a bien une chose qu’il sait faire mieux que ces tacos, c’est charrier les gens. Potentiellement, les mettre mal à l’aise. » Skylar hausse un sourcil en te regardant, une fois de plus surprise. Les phrases que tu viens de prononcer, cette excuse un brin protectrice aurait pu sortir tout droit de la bouche de Dany. La jeune fille ne dit rien, ne souhaitant pas remettre le sujet douloureux sur le tapis mais un fin sourire étire la commissure de ses lèvres. Toi qui étais du genre à l’ignorer, qui lui avais plusieurs fois lâché quelques remarques désobligeantes par manque d’attention, voilà maintenant que tu tentais de protéger son égo et son intégrité. C’est le monde à l’envers et Skylar ne sait vraiment pas où elle met les pieds.

Lorsque vous arrivez à portée de voix, l’homme contre lequel tu l’as mise en garde se fend d’un sourire énorme alors qu’il vous salue… À sa façon. « Dis donc qu’est-ce que tu nous as ramené, aujourd’hui ? Tu as beau être une crevette, je ne suis pas encore assez vieux pour te confondre avec ce morveux d’Ashley. » Skylar hausse à nouveau les sourcils, clairement amusée. Elle laisse d’ailleurs s’épanouir un éclat de rire alors qu’elle imagine la grimace d’Ashley s’il savait qu’on venait de les comparer, même pour rire. Ashley et elle, c’est une vieille histoire et celle-ci n’est pas pavée d’amour et de câlins.  Elle te lance un regard amusé, se disant que tu devais certainement partagé son amusement. L’inimitié qu’ils ressentaient l’un pour l’autre n’était un secret pour personne, après tout. « Qui es-tu charmante créature ? C’est la première fois que je vois ce jeune homme venir ici accompagné d’autres choses que ces 4 autres paires de couilles. »

Le sourire de Skylar s’élargit devant le bagout de ce mec alors qu’il te fait un clin d’œil à peine caché. À côté d’elle, t’es tendu comme un string et Skylar le ressent au travers de ton sourire légèrement figé, celui que tu arborais souvent devant les connaissances un peu trop insistantes, celles qui te mettaient pas à l’aise. Pourtant, elle, la situation ne la gêne pas plus que cela, étrangement. Aussi bizarre que cela semblait être, Skylar était toujours plus à l’aise avec les rustres et autres personnes à la langue bien pendues qui ne mâchaient pas leurs mots. Elle, ce qui la mettait mal à l’aise, c’était les conversations de filles futiles et le bitchage gratuit.

Pourtant d’une nature assez timide et mal à l’aise avec les inconnus, le naturel déconcertant du dénommé Carlos lui tire immédiatement une réponse irréfléchie. « Va savoir ce que je cache dans mon pantalon, les apparences sont parfois trompeuses. Moi, c'est Skylar. » Elle accompagne sa réponse d’un sourire assez taquin, comprenant bien qu’il fallait parler son langage pour que la communication se fasse. Dany lui avait souvent dit qu’elle n’était pas une fille et Skylar avait toujours aimé penser que c’était un compliment. À vrai dire, le rôle du pote lui avait toujours plus convenu que celui de la nana à draguer et cela n’était sûrement pas près de changer.
Aujourd’hui, cela la fait rire d’être immédiatement catégorisée de l’autre côté, en tant que « charmante créature », expression qui lui semble bien éloignée de ce qu’elle est vraiment.

Elle passe la porte d’entrée en suivant Carlos, tenant la porte pour te laisser passer. Cela lui fait tout bizarre d’être ici, avec toi, dans cet endroit qu’elle a tant de fois imaginé lors des récits de Dany. « J’imaginais ça plus petit… Sans offense, Carlos ! » Quoi que tu en dises, l’homme maintenant derrière le comptoir avait au moins le mérite d’avoir totalement détendu l’atmosphère. Skylar se poste non loin de la caisse, le nez en l’air, cherchant ce qu’elle peut bien commander. Tu sembles si sûr de toi, à côté, connaissant surement déjà depuis le début ce que tu souhaites manger. La brune prend son temps, détaillant les menus, avant de pointer l’index en direction d’un menu tacos double dose de cheddar, avocat épicé et viande hachée. « Ça a l’air pas mal ça ! » Carlos lui vante alors les mérites du menu qu’elle a choisi et Skylar sourit poliment, se doutant bien qu’il vendrait sa mère dans un tacos s’il le pouvait.

Une fois les commandes passées, vous vous installés à une petite table bordée de tabourets hauts. Skylar a l’impression d’entamer l’ascension de l’Himalaya grimpe dessus en s’appuyant sur les barres reliant les pieds, te tournant le dos momentanément. Elle doit être ridicule, mais connaissant sa maladresse elle préfère assurer ses arrières. Elle pose finalement son fessier sur l’assise sans trop de difficultés et se retourne pour te faire face. Souriant toujours, elle se moque ouvertement de ton excès d’inquiétude, quelques minutes auparavant. « Tu vois, c’était pas si terrible ! »

Blake
Sky


_________________
“Let me tell you this: if you meet a loner, no matter what they tell you, it's not because they enjoy solitude. It's because they have tried to blend into the world before, and people continue to disappoint them.” S K Y L A R

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
En savoir plus


Re: Your perfume attacks me, in the most civilised manner — Skylake   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi aucune intervention musclee a Martissant?
» Mademoiselle Muette :: La Douce fleur d'opaline de Versaille
» Hot summer night and perfume of blood
» (mission) Mars Attacks ! [Terminé]
» Nishiwaki Ayaka [Perfume - A-chan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whae Wacky ::  :: Taone :: Hoko Street :: Cinéma-